Des images qui font mythe.

Orphée et Eurydice, 60 photographies numériques.

In progress...

Selon la légende, les Rhodopes sont considérés comme une montagne sacrée pour les Thraces et comme le lieu de vie d’Orphée. Des témoignages de cette époque se situent sur des territoires comme les lacs de Smolyan, les gorges de Trigrad et le village de Tatoul.

Le mythe d’Orphée offre de multiples possibilités de représentation en matière d’images. Les mondes oniriques et des mystères représentés partagent des paysages, des lieux et des ambiances familiers tout en proposant des images de l’ordre du fabuleux et des profondeurs. Ces photographies prises dans les Rhodopes présentent une vision utopique et paradisiaque qui rappelle le monde édénique du poète alors que la « descente aux enfers » représente un passage incontournable au cours duquel Orphée doit affronter ses peurs et ses chimères. Les flous marquent des propos millénaires déformés par la force des rites et ayant fait l’objet d'une transmission orale. La saturation de certaines images à l’identique d’un pastel, permet de métamorphoser les couleurs de la nature des Rhodopes où sont apparus ces évènements mythiques.

La dimension allégorique des clichés est un support à des réflexions d’ordre métaphysique à propos de questions fondamentales que sont le désir, l’amour, la mort. Il s’agit à la fois de s’interroger sur une photographie pictorialiste ayant des similitudes à la peinture et de présenter le mythe pour en donner une interprétation visuelle, une perspective polysémique sans vouloir expliquer ou comprendre pourquoi Orphée s’est retourné sur Eurydice.